Tous ceux et celles qui ont déjà écrit en atelier savent que les propositions d'écriture (ou inducteurs) ne manquent pas : elles jaillissent, telles des  étincelles qui se nourrissent de l'inventivité et de la créativité de chacun. En voici quelques-unes, prises dans un vaste champ de possibles. Plus intéressant est le mystérieux tissage  que  chacun réalise, à partir de ces invitations. Que soient ici remerciés  tous  les participants- contributeurs sans lesquels ces ateliers ne pourraient avoir de réalité.

"J'écris pour me parcourir" (H. Michaux) ou une manière de décliner mon être, que je continue d'apprivoiser. (M)'animer, pour communiquer mon ardeur, participer au mouvement de la vie qui nous rassemble - le temps éphémère d'un atelier.

 

"Il faut dire des mots, 

Tant qu'il y en a, 

Il faut les dire..."

Samuel Beckett

 De l'autre côté de la rue, il y a ... (10 minutes d'écriture)

Mais oui c'est une famille incroyable!

D'où sortent-ils donc ceux-là? On dirait des personnages d'un autre siècle !

Le père, tout raide, avec sa barbiche blanche, ses fines lunettes et son air sévère. Il marche, le torse bombé, à côté de son épouse.

Qu'est-ce qu'elle est maigre, cette femme! Elle sourit mais d'un air pincé, avec son catogan en velours et ses petites chaussures vernies.

Quant aux deux enfants, on dirait un jeune prince et une petite princesse. Tirés à quatre épingles, ils suivent leurs parents sans un mot, sans un rire ni un regard complice.

Quel est donc leur secret? 

Franceline

 

De l'autre côté de la rue... il y a des commerçants. J'ai dû, dans ma jeunesse,  rencontrer les commerçants - et même certainement - d'autres personnes... Peut-être leurs héritiers?

Etant donné que je suis très âgée, je sors rarement et ne pourrai faire leur connaissance. Je me permets de leur donner quelques conseils : "soyez toujours aimables et accueillants - c'est peut-être ce que vous êtes?"

Mais non j'arrête la leçon de morale  : je suis certaine que vous n'en avez pas besoin. Réussite et bonheur pour vous.

Jeanne

 

De l’autre côté de la rue, il y a des feux follets qui attendent que le feu se mette au jaune pour passer.

De l’autre côté de la rue, il y a des p’tits beurres aux oreilles croquées par des p’tits loups. Ptits beurres croustillants, garez-vous on vous aime.

De l’autre côté de la rue, il y a des bambins aux joues écarlates qui piaffent d’envie devant les dégoulinades de guimauve dans la vitrine du confiseur.

 

De l’autre côté de la rue, il y a toi, dans cet habit de fête – qui te va si bien , toi qui regardes passer les mignonnettes, les yeux pétillants de plaisir.

claude

L'animal - sous toutes ses formes - s'est invité à la séance. Truffé d'expressions animalières, les textes s'égrènent. Un exemple.

Vexé comme un pou ! Je peux, Mesdames et Messieurs les humains, vous retourner l'expression : lorsqu'avec mes amis, nous envahissons les têtes blondes ou brunes de vos chérubins, osez-vous en parler à vos voisins? N'êtes-vous pas vexés, vous qui êtes le parangon de la propreté, que nous ayons quand même pu nous glisser ainsi dans votre vie? Que dis-je, glisser, sauter avec agilité d'une tête à l'autre, nous que rien n'arrête, à tel point que vos produits sont devenus inefficaces.

Personnellement, moi qui vous parle, je n'en suis pas vexé du tout, j'en suis même très fier. Alors, rabattez un peu votre caquet, chers humains. Vous êtes bavards comme des pies, mais face à ce que vous appelleriez presque un fléau, vous baissez la tête et vous taisez. Mais inutile de faire ces yeux de biche, je ne suis pas myope comme une taupe et rien ne m'empêchera de  jouer  à saute-mouton dans vos chevelures, surtout si vous avez une fièvre de cheval car j'aime bien la chaleur et rester ici comme une moule accrochée à son rocher ! N'allez pas verser des larmes de crocodiles car je peux également être heureux comme un poisson dans l'eau.

Annie

Un atelier proche du 25 décembre : les participants laissent leur enfant intérieur s'exprimer ....

Lettre au Père Noël

Mon petit papa Noël, avant de descendre du ciel, n'oublie pas d'aller dire bonjour à ma maman et à mon papa ; demande-leur des nouvelles de leur vie là-bas, tout là-haut parce qu'ils oublient de m'en donner...

Mon petit papa Noël, quand tu descendras du ciel, n'oublie pas de m'apporter des chaussons aux pommes, sans compote mais avec de vrais morceaux de pommes. De pommes non traitées avant, pendant et après la récolte ! 

Mon petit papa Noël, quand tu sortiras de la cheminée, n'oublie pas que mes chaussons sont au pied du sapin, tout à gauche ; ils sont blancs, rouges et bleus avec au bout deux pompons verts que ma maman avait cousus.

A côté de mes chaussons, il y a ceux de mon grand frère ; il m'a dit que tu n'existais pas pour de vrai. Je lui ai répondu que tu ne lui donnerais rien pour la peine!

Pour moi, je voudrais bien une traction avant toute nuire et un camion de pompiers qui fait pin pon, pin pon  ! Et des chocolats à offrir à ma petite sœur chérie.

 

jojo

 

...Et le Père Noël a répondu  ce jour là ... Toutes les lettres ont été mises au centre de la table et chacun-e  s'est, au hasard de la pioche, transformé en Père (ou mère) Noël ...

Bonjour petit-grand Jojo,

Pourquoi petit-grand? je ne te connais pas encore mais J'ai l'impression que tu es grand de corps et de cœur, avec une âme de petit enfant...

Dire bonjour à tes papa-maman, d'accord mais tu ne me donnes pas l'adresse  ; ils ont une pas Facebook?

Pour les chaussons aux pommes - non traitées -  pas de problème mais seulement un par pantoufle ; plus, c'est risqué  quand tu y mettras tes petits petons, patapon !

Pour ton grand frère, c'est plus compliqué : certes il t'a dit que je n'existais pas mais ce n'est pas une raison pour l'oublier dans ma tournée. Je propose de lui offrir la traction avant noire et tu l'accompagneras  sur les beaux chemins de traverse ! Et toi, tu recevras ton camion de pompiers, promis !

Les chocolats pour ta petite sœur? Désolé mais j'ai eu une grosse commande et les fournisseurs sont en rupture de stock ; emmène-la faire un tour en traction, elle sera peut-être contente....

Marie